logo

Knowledge Is Power

 
 

- Reinit des nouveaux posts -

- Recherche -

Messages Privés - Derniers posts
S'enregistrer - Login - Liste des membres
Vous logger : Login Pass

Culture Clash >> Livres Newtopic | Reply
1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante
poster txt
Drag-Queen
Inscrit le 27-03-2003
Posté le 15-06-2003 07:24

ROMANS

SCIENCE-FICTION

Crash, James G. Ballard
\"Les Francais sont les premiers a avoir reagi a Crash . Contrairement aux Anglais et aux Americains, ils ont parfaitement compris le livre. Peut-etre parce que ce sont les meilleurs conducteurs du monde mais aussi les plus dangereux. Ils saisissent tres bien le lien qui existe entre l\'aggressivite au volant et la sexualite\" ; Jmes Graham Ballard, dans \"Le Monde des livres\" du Vendredi 27 Juillet 2001.
Dans ce meme article, il dit : \"Star Wars, Star Trek ... Je n\'aime pas ca. Je pense que la Science-Fiction devrait etre serieuse. Cela ne devrait pas etre du fantastique, ce devrait etre la realite.\" Ballard est un OVNI dans la S-F de ces trente dernieres annees, et ca se sent tres fort dans Crash ; on est vraiment pas dans toutes ces histoires de guerres intergalactiques ou des tribulations d\'un elfe improbable, non, on est dans de la S-F qui parle de sujets serieux, des seuls sujets qui devraient nous interesser quand on lit de la S-F, comme des modifications et/ou les deviances des comportements humains face aux objets issus de technologies de plus en plus impersonnelles. Et, dans Crash, l\'objet technologique, c\'est la voiture ; le centre d\'interet va etre la sexualite. C\'est a dire, l\'accident de voiture (ou \"car crash\" pour les anglophiles) comme ouverture vers un nouveau rapport a soi, a sa sexualite.
Le heros, James Ballard (bah oui, l\'auteur se met en scene lui-meme, je trouve que ca donne un cote ultra-reel, limite vecu pour certains passages), bosse dans des studios de cinema, dans la banlieue de Londres. Sa femme, Catherine, bosse dans une compagnie aerienne. Un soir, Ballard, sur l\'autoroute, se retrouve sur l\'autre voie, en sens inverse, et percute de plein fouet la voiture des Remington, mari et femme. Le conducteur meurt, peojete contre le pare-brise de Ballard. Sa femme, le Docteur Helen Remington, survit, de meme que Ballard. Ils sont tous les deux grievement blesses, mais ils n\'auront probablement pas de serieuses sequelles physiques, mises a part quelques cicatrices. A l\'hopital, Catherine, avec qui ils forment un couple uni mais tres libre (chaque nouvelle aventure extra-conjuguale leur sert de pretexte, de tremplin pour l\'accomplissement dede leur sexualite de couple), le pousse a aller voir le Docteur Remington. Ils finissent par se retrouver, et font l\'amour systematiquement dans des voitures ; en fait leur liaison ne tient que par cet objet, en dehors d\'une voiture leur interet mutuel est nul ; leur sexualite celebre un mariage pervers entre leurs blessures, mutilations et cicatrices, et la voiture, avec ses cadrans, leviers, commandes, sieges, volants, pedales, etc.
Remington lui fait recontrer une ancienne vedette de television, obsede depuis son premier accident automobile par les crashs : \"Vaughan voit la terre entiere perir en une catastrophe automobile simultanee : des millions de vehicules jetes ensembles en un coit definitif, une ultime rencontre de sperme jaillissant et de fluide de refroidissement\". Vaughan est fascine par les crashs, par l\'union des corps, donc des sexualites, avec des voitures aleatoirement defoncees lors d\'accidents. Les marques circulaires du volant sur la poitrine, le logo de la firme imprime sur les thorax, les formes des leviers gravees sur les peaux sont autant de marques aleatoires formant le code d\'une sexualite nouvelle. Il passe son temps a bord d\'une Lincoln (du meme modele que celui dans lequel paradait JFK quand il s\'est fait assassiner), a se deplacer sur les autoroutes entourant l\'aeroport, en ecoutant les freqences de la police pour connaitre les lieux des accident afin d\'en prendre des photos. Il a une obsession pour les morts en voiture des gens celebres : James Dean ou encore JFK, dont il considere que l\'assassinat est une forme d\'accident automobile.
A son contact, Ballard va plonger dans ses propres psycho-pathologies, dans les meandres de ses propres phantasmes.
\"Une phrase de Catherine m\'est revenue en memoire, je ne sais pourquoi. Elle avait dit un jour qu\'elle ne serait satisfaite que le jour ou tous les coits imaginables du monde auraient ete pratiques. Quelque part, dans ce nexus de beton et de structures d\'acier, cette mosaique complexe de portiques de signalisation et de bretelles d\'insertion, de biens de consommation et de signes exterieurs de richesse, Vaughan le messsager filait dans son auto. Son coude couture reposait sur la glissiere de glace chromee. Derriere un pare-brise sale, il poursuivait sur les routes un reve de violence et de sexualite.\"
Certains passages du roman m\'ont vraiment touche. Il y a la une vision globale de la technologie par le biais de la voiture, et du gigantesque reseau autoroutier (qui plus est, l\'aeroport etant omnipresent, les avions et leurs destinations lointaines agrandissent et densifient ce reseau). Dans la preface a l\'edition francaise : \"Tout au long de Crash , j\'i traite la voiture non seulement comme une metaphore sexuelle, mais aussi comme une image globale de la vie des gens dans la societe actuelle. Je n\'ignore pas la lecture politique qui peut en etre faite, mais je veux voir avant tout dans ce livre le premier roman pornographique fonde sur la technologie\".
Le \"cyber-sexe\", vous y croyez vraiment vous ?
Crash, de James G. Ballard, 1973, traduit de l\'anglais par Robert Louit
DecereBrain, le Mardi 10 Septembre 2002, veille de la Saint Oussama, 17:31

Net Force : Vandales Virtuels, Tom Clancy & Steve Pieczenik
Bon alors je pense que tout le monde connait au moins de nom Tom Clancy, auteur de nombreux best-sellers dans le genre thriller technologique (Octobre Rouge, Op-Center, etc.). Perso j\'ai rien lu d\'autre que ce (court) roman que je presente ici.
Il s\'agit du troisieme ou quatrieme volet de la serie Net Force, suite du roman Op-Center (enfin, je l\'ai pas lu mais je crois que ca doit ete ca)
Alors voila, la Net Force est un corps rattache a l\'armee americaine. Elle se compose de deux categories : d\'une part les Agents de la Net Force, et d\'autre part les Explorateurs, qui sont en fait des jeunes lyceens en cours de formation pour enter dans la Net Force.
Matt Hunter et ses potes, tous \"Explos\" a la Net Force, assistent en Erve (pour RV, Realite Virtuelle a la finale du Championnat de Base-Ball quand, brusquement, une bande de quatre individus sortent des guns et tirent un peu dans tous les sens, blessant -en RV- plusieurs spectateurs, dont l\'un des \"Explos\", un pote du heros Matt Hunter.
C\'est donc lui qui va mener son enquete, seconde par ses potes \"Explos\", et son superieur hierarchique, le capitaine Winters.
Matt est convaincu que ces \"vandales virtuels\" sont des jeunes d\'environ son age, et plutot friques, vu que les avatars (visage que l\'on utilise pour se representer, en RV) qu\'ils utilisent ont du leur couter un max de thunes. Et justement, des jeunes friques, y\'en a plein son lycee. Il va donc chercher a se rapprocher d\'eux pour voir s\'ils ne pourraient pas le renseigner un peu sur ce coup...
Son enquete le fera se balader de la RV au monde reel, des pirates informatiques aux gangs de rues...
Personellement, quand j\'ai achete ce bouquin, c\'etait en premier lieu pour decouvrir un peu Tom Clancy. Et puis aussi parce que j\'ai vu que c\'est Jean Bonnefoy qui s\'est charge de la traduction ; c\'est effectivement lui qui a traduit plusieurs tres bons romans dans la vague CyberPunk, notamment ceux de Gibson et de Sterling. J\'ai donc fait confiance a son jugement ... Et ce fut quelque peu mitige.
Alors OK l\'aspect SF cyber-hacker est present, mais on se situe ici du cote de l\'Armee, qui plus est de l\'armee americaine... Et le roman est tres court (250 pages), et donc tres axe sur l\'action. Moi qui me suis habitue aux descriptions subjectives de l\'interieur du reseau informatique par des pirates, ici je reste carrement sur ma faim. Ce qui me laisse un arriere-gout de \"Sci-Fi\", vous savez, la SF de tres bas de gamme, ecrite a la chaine par des auteurs a chier, et que l\'on trouve parout dans les supermarches (Buffy, Angel, Fearless, Star Wars ou encore Star Trek ). Le genre de romans qu\'on lit comme ca pour tuer le temps parce que la tele est en panne et que l\'on est en pleine recompilation du noyau sur un Pentium 75 mHz... Perso je l\'ai lu hier, en une journee et je n\'ai a aucun moment ete surpris ou meme vraiment pris dans l\'intrigue.
Mais bon, ca reste quand meme valable, de part son aspect technologique et cyber. Surement a conseiller aux anti-lecture (hein Fabsys ;-) qui se reconscillieront peut-etre avec les livres, et qui feront peut-etre l\'effort d\'aller choper Neuromancien
Vandales Virtuels, dans la serie \"Net Force\" cree par Tom Clancy et Steve Pieczenik, 1999 (2001 pour la traduction francaise), traduit de l\'americain par Jean Bonnefoy, editions Albin Michel/Le livre de poche, 4,42 Euros
DecereBrain, Vendredi 12 Juillet 2002, 14:39

La trilogie neuromantique : Neuromancien, Comte Zero et Mona-Lisa s\'eclate, William Gibson

Idoru, William Gibson
Bon alors en fait c\'est simple : Rez, rock-star du groupe Lo/Rez, adule par des millions de fans a travers le monde, annonce son intention de se marier...avec une Idoru, personnage cybernetique -en fait une IA, materialisee en hologramme dans le monde reel et ayant aussi une vie propre sur le Reseau
Mais cela ne plait pas vraiment a l\'entourage de Rez, notamment au chef de sa securite, Blackwell (ex-taulard sorti du trou par la rock-star) qui pense que quelqu\'un cherche a controler Rez et a lui faire faire n\'importe-quoi, et que Rez devient fou. Ils engagent donc un mec dont la specialite est de recoller et de recouper entre elles les traces, infos, donnees laissees involontairement sur le Reseau par des personnes dans le monde reel (genre utilisation de CB, etc.). Colin Laney se trouve donc charge par Blackwell de trouver qui est le responsable du coup de folie qui prend Rez.
Paralellement a cette enquete, une autre s\'y superpose : celle des fans. Ceux-ci, organises en groupes a travers le monde, ne comprennent pas vraiment ce qui se passe, d\'autant plus qu\'ils n\'arrivent pas a percer le mystere qui entoure cette relation entre Rez et Rei Toei, l\'Idoru. La cellule de Seattle envoie donc Chia, une jeune fan, a Tokyo, dans le plus grand secret, pour rencontrer la cellule de cette ville, et obtenir des reponses aux questions que tout le monde se pose. Un incident dans l\'aeroport de Tokyo lui attirera les foudres de la mafia du Combinat (URSS ?), et elle sera aidee dans sa fuite par un genre de \"hacker\", membre d\'une communaute virtulelle appelee Hak Nam, la Citee fortifiee, coin d\'anarchie au milieu du reseau (anarchie au sens d\'autonomie permanente, et non zone de chaos ;-)
Voila pour le resume du roman, sans raconter la fin.
Mais il souleve, comme d\'habitude chez Gibson, plusieurs problematiques, plusieurs thematiques dans la pure lignee CyberPunk.
Tout d\'abord, et ca on s\'y attend des le debut, les rapports IA/humains, mais sous un autre angle, tout simplement parce que cette fois-ci l\'auteur s\'interresse egalement aux interactions entre le monde reel et le Net (helas je n\'ai pas pu voir la serie des Serial Experiment Lain en entier, qui il me semble traite beaucoup de ce sujet) car l\'Idoru, en tant qu\'IA, \"existe\" sue le Reseau (les guillemets s\'imposent car la on touche au sens de la vie et c\'est plutot ardu comme sujet philosophique) et est materialisee sous forme d\'hologramme -parametrable a volonte- dans le monde reel. D\'ou le fait qu\'une IA puisse porter compagnie a un etre humain... et c\'est exactement cette compagnie que semble chercher Rez dans le roman.
Et donc forcement, il existe des reseaux informatiques, mais plutot comme espaces de rencontres, ou chaque participant se montre sous les formes d\'un avatar, d\'un masque.
On a aussi la thematique de la vie sur Reseau comme une parade a un certaine forme d\'agoraphobie (l\'une des heroines est une personnalite reconnue sur le reseau mais vit cloitree chez elle et est incapable de sortir)
Pour en finir avec le Reseau dans ce roman, Hak Nam, la Cite fortifiee. C\'est un coin du Reseau, cache et secret, protege jalousement par les participants, un espace virtuel construit au fur et a mesure par eux, maintenu par eux, et ou les lois n\'existent pas. Un reseau alternatif : une idee a retenir.
Enfin, apres les themes abordes, quelques mots sur la structure du roman.
En fait, Gibson y gere le suspense d\'une facon assez efficace : les deux histoires paralelles sont traitees en alternance : un chapitre sur Laney suivant un chapitre sur Chia, et ce jusqu\'au bout ; donnant ainsi deux points de vue sur la meme histoire, et donc les elements connus de l\'une et de l\'autre des parties nous sont donnes.
En definitive, un bon roman dans la veine Polar/Cyberpunk, surement un ton en-dessous de Neuromancien mais c\'est juste mon avis.
Idoru, William Gibson, 1996, traduit de l\'americain par Pierre Guglielmina
DecereBrain, lundi 12 Octobre 2001 , 17:28 (article redige en ecoutant l\'album Double Figure de Plaid, sorti chez Warp Records)

Mozart en verres miroirs, Bruce Sterling
Bon la je m\'attaque a un gros morceau : Mozart in mirrorshades, anthologie presentee et prefacee par Bruce Sterling himself.
Precaution necessaire, je signale avant tout que je ne n\'exprime ici que mon avis et que malgre mon Moi pharaoniquement surdimensionne je ne pretend pas ici a l\'hexaustivite ni a la pertinance absolue de mon propos.
Il s\'agit en fait de l\'anthologie-manifeste du mouvement Cyberpunk, par celui qui est considere comme ayant ete a l\'epoque le porte-parole de cette mouvance.
Voici donc pourquoi la preface (B. Sterling) pretend, elle, a l\'hexaustivite : un travail de synthese et de critique sur le mouvement Cyberpunk, avec une certaine recherche d\'objectivite, de recul. Un texte necessaire, en somme.
L\'anthologie regroupe douze nouvelles et onze auteurs, tous plus ou moins impliques dans la mouvance Cyberpunk.
-William Gibson, avec la nouvelle \"Le continuum Gernsback\", est une nouvelle bizarroide, tendance champignon hallucillogene.Il tourne en ridicule les utopies vieillotes des ancetres de la SF tels Jules Vernes ou Gernsback (et j\'ai pas fait de faute : y \' a deux \'u\' dans \'continuum\' .
-Tom Maddox, \"Des yeux de serpents\" (\"Snake-eyes\"). Une nouvelle assez puissante, racontant l\'histoire d\'un homme devenu schizophrene a la suite de l\'implantation forcee dans son cerveau de circuits electroniques a son entree dans l\'armee. Une entreprise dirigee par une IA etudie son comportement tout en \'essayant\' de le guerir.
-Pat Cadigan, \"Rock toujours\" (\"Rock on\"). Une nouvelle pour critique de l\'escroquerie du rock commercial, employant le theme de l\'enregistrement des sensations sur un support destine a etre lu sur des consoles reliees au systeme nerveux.
-Rudy Rucker, \"Les mesaventures de Houdini\". 100% pur bizarre, un court recit des aventures d\'un acteur illusionniste fauche.
-Marc Laidlaw, \"Les 400\" (\"400 Boys\"). Une nouvelle Cyberpunk sur les bandes des rues qui se partagent Fun City, cite delabree et ambiance glauque. Un poil de Fantasy puisque ces bandes aux cultures differantes vont devoir s\'unir pour pour virer de la ville une bande nouvelle composee d\'etres surpuissants qui semblent sortir tout droit de l\'enfer...
-James Patrick Kelly, \"Solstice\". L\'une de mes deux nouvelles preferees dans cette anthologie. D\'une part, l\'histoire d\'un createur de drogues de syntheses. D\'autre part, l\'histoire de Stonehenge depuis le Moyen-Age jusqu\'a un futur Cyberpunk ou s\'y produit annuellement un festival musical (qui existe d\'ailleurs depuis les Hippies).
-Greg Bear, \"Petra\". J\'ai trouve que cette nouvelle etait un peu a part dans ce recueil. Cyberpunk ? Post-apocalyptique en tout cas. Ambiance gothique de la cathedrale, avec ses gargouilles et tout. Conte Fantasy, avec une critique du racisme et de la xenophobie ? Peut-etre. Dieu. Mais un dieu \"nihiliste\" alors. Et la fin que je rapprocherais volontiers de celle de Ravage de Rene Barjavel, de part le fait qu\'il faille, pour les heros, tout reconstruire a partir de zero.
-Lewis Shiner, \"Le jour ou des voix humaines nous reveilleront\". Une nouvelle plutot courte sur les esperances d\'un homme dans un monde qui dissout l\'individu, lui retire sa \"subtantifique moelle\". Sur les multinationnales de bio-technologies qui se donnent tous les droits, meme la modification du vivant. Et de la liberation de cet homme. Une fin un peu trop \"roots\" pour moi (ben oui je suis pas un grand fan des theories Rastafaries au sujet du retour a la mere nature et tout ca)
-John Shirley, \"Freezone\". La nouvelle la plus longue, la meilleure aussi selon moi. U§n panorama d\'une cite de jeux, miteuse a souhaits. Un rocker tendance blouson noir et Stratocaster, contre la mode debile tendance Buffalo orange aux pieds. Mescaline. Services secrets auxquels il faut echaper. Dealers. Rapports humais amoureux ; et meme rapports humains tout court, c\'est a dire liens veritables entre individus humanises, valeur contradictoire avec l\'isolement impose par la societe capitaliste qui normalise l\'\"individu\" pour le transformer en \"consommateur\".
-Paul di Philippo, \"Pierre vit\" (\"Stone lives\"). Une description assez ironique d\'un monde faconne par les firmes multinationnales, un monde a deux faces : l\'une flamboyante des builings et des centres commerciaux, l\'autre nauseabonde et delabree. Les themes Cyberpunks de ce clivage, et des bio-technologies. Interessant.
-Bruce Sterling et William Gibson, \"Etoile rouge, orbite gelee\". Une nouvelle ecrite en cooperation, sur les thematiques de la conquete de l\'espace (au temps de la bipolarisation du monde et de la Guerre Froide dans une optique de futur Cyberpunk), du secret militaire et des interets de l\'Etat, de la technologie en general. Une nouvelle au style quasi scientifique, tant les details sont nombreux.
-Enfin, Bruce Sterling et Lewis Shiner, \"Mozart en verres miroirs\". Une seconde nouvelle ecrite a deux, sur le theme du voyage dans le temps et de ses applications capitalistes. Geniale cette idee de Wolfgang Amadeus Mozart avec des verres miroirs et un sampler.
Mozart en verres miroirs, presente par Bruce Sterling, 1986

Les mailles du reseau, Bruce Sterling
Publie en 1988 (traduction francaise en 1990), ce (gros) roman (600 pages en format poche) est l\'un des romans Cyberpunk les plus branches que j\'ai lu jusqu\'a present.
Laura Webster est cadre chez Rizome, une gigantesque multinationale post-industrielle appliquant la \"democratie economique\", ce qui sinifie, en gros, qu\'on ne parle pas d\'employes et de dirigeants, mais seulement d\'associes.
Sa fonction actuelle est de s\'occuper de la loge de l\'ile de Galveston. Une \"loge\" est une propriete appartenant a Rizome et geree par des associes, qui sert a recevoir des clients et des colloques. Ce sont donc a ce titre des noeux relativement importants du Reseau, au vu du volume d\'informations y transitant chaque jour.
En 2020, le monde ressemble a cei : les bombes destinees a detruire la planete ont toutes ete desamorcees : ce fut l\'Abolition. Nous sommes dans un contexte de globalisation totale de l\'economie, qui est le stade superieur de la mondialisation, et certains pays du Tiers-monde tentent de sortir leur epingle du jeu en se reconvertissant en \"paradis informatiques\", c\'est a dire que profitant des legislations volontairement \"laxistes\", les mercenaires de tous poils emigrent et ces Etats creent donc toute une economie parallele basee sur le piratage de logiciels (bah oui de la warez, quoi et des \"banques de donnees\" que s\'arrachent a prix d\'or (payes sous le manteau) les multinationales desirant posseder des informations precises sans que l\'on puisse s\'en douter.
Ce genre de pratiques inquiete serieusement les entreprises comme Rizome, qui sont des entreprises dont les valeurs sont censees aller dans un sens humaniste. Il existe bien une police internationale nee de accrds de Vienne, mais celle-ci est jugee inefficace. Donc Rizome est decidee a agir, donc a effecuter, sous le manteau, des effrts pour se passer de la police de Vienne.
C\'est dans ce but que Rizome a organise une rencontre ente diverses organisations de ces paradis informatiques : des Luxebourgeois, des Singapouriens, des Turcs et des Grenadins, afin de les rapprocher et de les faire accepter de travailler ensemble, enter eux et avec Rizome bien entendu. Mais ces trois organisations sont issues d\'organisations mafieuses plus anciennes, et dont les rivalites sont tres fortes. Elles ne se genent donc pas pour se tirer dessus des qu\'elles le peuvent. Rizome desire assainir un peu les relations avant de commencer a bosser.
Mais l\'un des representants de la delegation de la Grenade se fait assassiner au balcon du batiment de la loge, soous les yeux de Laura Webster. tout le monde soupconne tout de suite les Singapouriens, qui haissaient ouvertement les rastas. Mais cet attentat est revendique par le FAIT, Front Arme d\'Inhibition du Terrorisme, organisation terroriste censee etre inactive et basee au Mali.
Laura Webster, desormais personellement touchee par ce meurtre execute chez elle, sous ses yeux, va s\'engager dans l\'enquete, qui la menera d\'abord a la Grenade, puis a Singapour et enfin dans le fief des terroristes. Avec, en toile de fond, le Reseau mondial d\'information et de donnees, a la fois cause, moyen et but de la lutte. Dans ce roman nous retrouvons a peu pres tous les elements et l\'angle de vue de la mouvance CyberPunk : \"multinationales toutes-puissantes, complots terroristes, reseaux informatiques, reveil du Tiers-monde, ingenierie genetique, retour en force de l\'irrationnel, SIDA, torture, intox, chantage atomique\" (citation honteusement pompee du quatrieme de couverture du bouquin, collection \"Presence du futur\", aux editions Denoel), sans oublier la communaute rasta, que l\'on retrouve souvent je trouve (voir Neuromancien).
Un tes bon roman de S-F, tres prenant, bien que dans un genre completement differant de celui de Neromancien , ou il est tres question d\'infrmatique. Ici la technologie est tes presente mais on est surtaout happe dans un thriler dont les enjeux sont quand meme axes sur l\'economie mondiale et la politique. D\'ailleurs, un jeu video a la mode chez les personages est un jeu de simulation de politique a l\'echelle mondiale. J\'ai trouve ce parallele interessant.
Les mailles du Reseau (titre original : Islands in the Net), de Bruce Sterling, 1988, traduit de l\'americain et preface par Jean Bonnefoy.
DecereBrain, le Samedi 24 Aout 2002, 21:20

FANTASTIQUE, HORREUR, GORE

L\'Exorciste, William Peter Blatty
Quelques lignes sur ce roman assez sympa, mais c\'est juste parce que je vais mettre quelques mots sur le film adapte de ce roman (et pis aussi pour faire une chtite dedicace a Necr0n0s
Donc ben comme le titre l\'indique on est dans le genre fantastique-epouvante.
Par contre, l\'accent n\'est pas mis ici sur le classique affrontement entre le bon dieu et Satan l\'ange dechu. Non, ici on est plutot dans le psychologique.
Regan, fille unique de Chris Mc Neil, celebre actrice, a subitement un changement de comportement pour le moins bizarre pour une fillette d\'un si jeune age : elle commence a insulter un peu tout le monde de facon tres agressive, alors qu\'elle etait si sage auparavant. Sa mere l\'emmene donc voir son medecin car, de plus, son etat physique se deteriore a vue d\'oeil. Les medecins se jugent incapables de la guerir apres plusieurs traitements inefficaces. L\'un d\'entre eux lui conseille une methode de psychiatrie peu commune : l\'exorcisme. Car, comme Regan croit qu\'elle est possedee, et qu\'elle sait qu\'un exorcisme sert a enrayer la possession, alors si on lui fait un exorcisme elle pensera qu\'elle n\'est plus possedee et redeviendra normale (eh oui, ca s\'appelle l\'autosuggestion). Chris prend donc contact avec le Pere Damien Karras, jesuite et psychiatre, qui va etudier le cas de Regan.
Comme vous le voyez, sur 400 pages, on voit passer beaucoup de medecins, et de psychaitres en particulier. Et la psychologie des personnages prend une importance particuliere, donc.
Un autre aspect marrant est toutes les paroles blashematoires que prononce Regan au cours du roman. Un exemple ? \"Maintenant suis son enseignement, Merrin. Allez ! Enfonce ta bite sanctifiee dans la bouche du petit cochon et deverses-y ta semence, purifie-la avec ta relique frippee et elle sera guerie, Saint-Merrin. Un miracle. Un.\" (Merrin est le pretre qui est charge de l\'exorcisme, le \"petit cochon\" est le nom que donne le demon au corps de la fillette dont il a pris le controle). Je sais c\'est pueril de ma part mais je suis comme ca et je vais pas changer.
Enfin, on retrouve avec plaisir les scenes mythiques du film : la tete qui tourne, les vomissures, la scene du \"Pourquoi me fais-tu cela, Dimmy ?\" ...
Voila. Donc ceux qui ont aime le film apprecieront surement le livre qui l\'a inspire, d\'autant qu\'il est sympa a lire.
L\'Exorciste, William Peter Blatty, 1971.
DecereBrain, le Mercredi 17 Juillet 2002, 17:53

POLARS, THRILLERS

La trilogie du Docteur Hannibal Lecter : Dragon rouge, Le silence des agneaux et Hannibal, Thomas Harris
Bon la je me lance sur une putain de trilogie que j\'ai adore lire : la trilogie de l\'histoire d\'Hannibal Lecter, par Thomas Harris.
Trop fort.
Bon tout le monde connait, je pense, le personnage du Docter Lecter, \"Hannibal le cannibale\". Tout le monde a vu le film Le silence des agneaux. Moi non ; desole mais va falloir faire avec ...

Premiere partie : Dragon rouge, publie en 1981.
L\'histoire est simple : Will Graham bosse au Departement des Sciences du comportement du FBI. C\'est lui qui a arrete Lecter il y a quelques annees. Lecter est dans un asile, a Baltimore. Lors de son arrestation, Lecter a eu le temps de laisser trainer son couteau a linoleum le long du torse de Graham. Graham est un bon flic. Un cerebral. Il a une femme, qu\'il a connu apres s\'etre fait estropier par Lecter. Son boulot consiste a retrouver les psychopathes dangereux.
Une nouvelle enquete lui tombe dessus. Ce tueur-la s\'est fait surnomer \"La Machoire\" par les flics. Il a laisse une empreinte de ses dents dans un fruit, d\'ou ce sobriquet. Il entre dans des maisons, en pleine ville, pendant la nuit , et tue toute la famille. Il brise les miroirs et tue avec les debris des miroirs. La presse a scandale s\'empare egalement de l\'affaire. Dans cette histoire il n\'y aura qu\'un seul vaiqueur : Lecter.
Voila. En fait, dans ce premier livre il est tres peu question de Lecter : il est interne. Mais Graham le consulte pour avoir son avis : il lui file le dossier, et Lecter reflechit.
Mais le Docteur Lecter ne cherche qu\'une seule chose : il cherche a s\'amuser. Il fait tout pour son propre plaisir, pour satisfaire son ego. Le reste lui importe peu.
Le roman est donc plutot axe sur l\'enquete policiere, d\'une part, et la vie du tueur d\'autre part. Car oui, des le neuvieme chapitre son identite nous est connue. Nous allons donc suivre paralellement l\'enquete et le tueur, jusqu\'au drame final.

Mais ce qui touche vraiment dans ces trois roman, c\'est le souci du detail, et la plongee en profondeur dans l\'esprit des personnages. Lecter est psychiatre, les enqueteurs (Graham ici, Starling dans les deux suites) sont diplomes en psychologie, \"La Machoire\" et \"Buffallo Bill\" sont \"fous\" (si on peut parler de folie, terme plus que discutable d\'un point de vue scientifique). L\'auteur va, pour chaque personnage, explorer les moindres recoins de leur personalite, Il leur donne une consistance tres importante, les personages tiennent debout, mais restent completement determines dans leurs actes par leur psychologie, inventee de toute piece par l\'auteur. Je trouve ca genial.
Et cette description systematique des rouages caches du psychisme des personnages va crescendo tout au long des trois romans. De ce point de vue, Hanibal est un chef-d\'oeuvre.
Ce qu\'il y a d\'hallucinant dans ces bouquins, ce sont aussi les horreurs qui y sont decrites, de facon assez raffinee, avec une foule de details, mais sans tomber dans le morbide. Le narrateur decrit des meurtres. Il met en lumiere le pourquoi du tueur. Franchement c\'est ecrit, je trouve, avec une tres grande intelligeance.

Deuxieme partie : Le silence des agneaux, 1988
Bon, OK, tout le monde a vu le film, sauf moi (( Allez tous vous faire foutre.
Alors... Lecter est toujours a l\'asile. Graham est hors-service. Reste Jack Crawford, chef du Departement des Sciences du Comportement. Il demande a une etudiante, Clarice Starling, encore a l\'ecole du FBI et donc pas encore agnet a part entiere, d\'aller poser quelques questions au Docteur Hannibal Lecter, dans le cadre d\'un nouveau programme de classification des meurtres en serie.
Lecter se tient tres au courant de l\'actualite et il sait que Crawford s\'occupe de l\'affaire \"Buffallo Bill\", un tueur en serie qui ecorche ses victimes, toutes des femmes, avant de jeter les cadavres dans des fleuves (ce surnom est du a une mauvaise blague de l\'un des policiers). Lorsqu\'elle entame la discussion, Lecter parle a Starling de Crawford, puis de Buffallo Bill. Lecter sait qui est ce Buffallo Bill. Il le sait depuis le debut. Il accepte de donner des informations, et ce uniquement a Starling, a la seule condition qu\'elle accepte de parler d\'elle meme au Docteur Lecter, de lui parler de ses peurs intimes.
Le tueur kidnappe la fille d\'une senatrice puissante, l\'affaire prend une tres grande ampleur. Il n\'est pas question pour la senatrice de laisser l\'enquete a une etudiante. Mais c\'est Hannibal Lecter qui mene la danse. Et il ne veut parler qu\'a Clarice Starlig. Or persone n\'a jamais resolu l\'enigme du cas Lecter. Et tout les medecins revent d\'etre celui qui comprendra qui il est vraiment.
Mais il reste trop fort pour les bureaucrates du FBI et les psychiatres rates : le Docteur Lecter s\'echappe, il revient a la liberte ...
Un second tome nettement plus psychologique, et vraiment mois violent que les deux autres : la signification du titre le prouve.
Ici non plus Lecter n\'est pas le personnage principal, mais pourtant ce sont ses actes qui sont determinants.
A la fin de ce roman c\'est egalemnt lui qui ressort vainqueur.
le 25/05/2002, 03:44

Bon je reprends l\'article la ou je l\'avais laisse : le troisieme volet de la trilogie : Hannibal, publie en 1999, onze aans apres le precedent, donc.
Le plus long des trois, mon prefere.
Lecter est libre. Starling a vu sa carriere se bloquer car elle a devance l\'un de ses superieurs, Paul Krendler, lors de l\'affaire \"Buffallo Bill\", huit ans auparavant. Elle a, en outre, refuse de ceder a ses avances. A la suite d\'un raid mal organise contre un gang de la drogue, la television filme Starling en train de flinguer la patronne du gang, son bebe dans les mains. Tout le monde parle de bavure. Le FBI la lache. Sur ce, elle recoit une lettre de Lecter, qu\'elle transment aux services du FBI et se retrouve sur l\'enquete reouverte, contre l\'avis de Krendler qui la deteste.
Mais un autre personnage recherche Lecter : Mason Verger, milliardaire atrocement defigure par le Docteur Lecter. Il mene depuis sept ans une enquete parallele pour assouvir sa vengeance personelle. Il va jusqu\'a offrir une prime tres importante pour tout renseignement.
Hannibal Lecter, passionne depuis toujours par la Renaissance, se cahe a Florence, en Italie, sous l\'identite du Docteur Fell, historien.
Il est demasque par Rinaldo Pazzi, l\'inspecteur en chef de la Questura, qui a collabore avec le Service des Sciences du Comportement du FBI dans une affaire de crimes en serie en Italie, et qui connait donc un peu le cas Lecter. Il le vend a Verger pour toucher la prime. Mais l\'enlevement foire et Pazzi se fait tuer dans des conditions assez spectaculaires Par Lecter. Ce dernier rentre aux USA. La traque reprend, mais elle est l\'initiative de Starling. Krendler la trahit pour les thunes et le pouvoir qu\'il peut obtenir de Verger s\'il choppe Lecter avant le FBI.
Starling va occuper dans son plan le role de l\'appat.
Voila j\'arrete la le resume pour ne pas couper le suspense, vu que la je suis a la moitie du roman ... De toute facon, comme dans les opus precedants le gagnant est le Docteur Hannibal Lecter ... Hannibal est vraiment un roman tres, tres puissant. Genre qui te prend aux tripes.
Tres axe sur la personalite de Lecter, il apporte donc une dimension supplementaire au personnage. D\'autant plus que la reponse a \"l\'enigme Lecter\" nous est donnee ...
C\'est superbement ecrit, intelligeant, avec une minutie et un sens du detail hallucinant. La seconde partie du roman (qui en comporte six), \"Florence\", qui est toute la partie de l\'intrigue qui se passe dans cette ville, est bourree de references a l\'art Italien de la periode de la Renaissance, dont Florence fut un des fleurons.
Cette lecture vous apprendra une foule de details impressionnants, temoins d\'une recherche du realisme et d\'une documentation tres poussee sur les sujets connexes a l\'action et au contexte. Les plongees a l\'interieur des pensees de Lecter sont une source quasi infinie de details habilement construits.
La sixieme partie, \"A la louche\", est hallucinante.
Sincerement, bravo.
....
Dragon rouge (1981), Le silence des agneaux (1988), Hannibal (1999), disponibles partout (trouvables en supermarche rayon librairie) en format poche.
DecereBrain, le 14/06/2002, 22:55

FICTIONS SUR LA SOCIETE

Disco Biscuits, Sarah Champion
Ben alors la je viens juste de finir de lire Disco Biscuits , qui est une anthologie (comprendre par la un recueil de nouvelles ecrites par des auteurs differants, et rassemblees selon un theme commun) presentee par Sarah Champion. Elle l\'a publiee en l\'honneur des 10 ans du mouvement \"Acid house\" qui explosa au Royaume Uni en 1987 (signalons que c\'est de ce mouvement que descent l\'actuel mouvement des raves illegales un peu partout dans le monde (genre le reportage dans Tracks hier : la rave en Zambie pendant l\'eclipse totale)).
Donc voici 19 points de vues plus ou moins differants de cette decennie de fetes electroniques alternatives.
La drogue. Non, les drogues. Il en est beacoup question, et sous differants aspects : le tres bon trip (\"Des anges partout\", Mike Benson ; nouvelle qui serait je trouve a rapprocher de certains articles du zine N0way, et a d\'autres du meme acabi), l\'overdose (\"La poudreuse qui tua Manuel Jarrow\", Douglas Rushkoff) et les emmerdes (\"Regarde des deux cotes\" d\'Alex Garland, auteur du best-seller The Beach).
Les soirees. Les teufs, dans les champs, les hangars, dans les clubs, ou meme en vacances au soleil... Cote champetre on a surtout une nouvelle : \"Au coeur de la basse\" de Kevin Williamson. Plusieurs traitent des teufs en clubs, et une qu\'est haschment cool c\'est \"Electrovoodoo\" de Michael River (le titre est assez explicite et je n\'ai rien a dire de plus, nah !).
Les deux nouvelles qui parlent des teufs dans les pays ensoleilles ne font qu\'utiliser ce decor pour critiquer l\'escroquerie monumentale que sont devenues les boites de nuits (\"Sangria\", de Jonathan Brook) ou les connivences dealers-police (\"Regarde des deux cotes\")
Les DJs. Alors la y\'en a plusieurs et je vais citer \"La caisse\" de Charlie Hall, qui parle un peu de la repression policiere et des controles permanents dont ont ete victimes les DJs dans le monde, et un pur delire \'cosmique\' de Martin Millar ou \"Comment Sunshine Star-Traveller perdit sa petite amie\".
A signaler une nouvelle nommee \"Entrez dans la danse\" par Irvine Welsh, auteur entre autre du tonitruant Trainspotting (1993) ; et une autre, \"ADjN\" de Jeff Noon, dans un futur ou danser sur des rythmes de dingues est interdit (car contraire a une morale religieuse cette fois) et ou seuls les rythmes \'sain(t)s\' sont legaux.
L\'anthologie se termine sur une nouvelle de Steve Aylett, \"Fusil a repetition\", qui parle de la repression policiere plutot violente a l\'epoque (c\'etait Thatcher...). Un malin parallele y est fait entre les BPM illegaux (ben ouais, ces \"rythmes repetitifs\" vises par le \"Criminal Justice Act\") et les martellements des matraques contres les cranes, martellements legaux, bien entendu.
Disco Biscuits, presente par Sarah Champion (1997), traduit de l\'anglais par Aline Azoulay et Celine Cazals ; Editions J\'ai lu, collection Nouvelle generation ; environ 35FF (combien en Euros ?)

Baise moi, Virginie Despentes

Mordre au travers, Virginie Despentes
Mordre au travers est un recueil de onze nouvelles datees de 1994 a 1999, publie en 1999.
Autant le dire des le debut, Virginie Despentes est, en ce moment et depuis environ un an que j\'ai lu Baise-moi, mon auteur preferee. Donc respect.
Je ne vais pas me lancer dans un debat litteraire que je serais capable de mener, je vais juste essayer d\'exprimer ce que j\'ai ressenti en lisant ces nouvelles.
Je les ai toutes lues d\'affilee la nuit derniere. C\'est assez eprouvant comme lecture. Tres fort. Juste, mais fort. Ou fort, mais juste. C\'est comme on veut.
Onze nouvelles d\'histoires de femmes, sans detour, sans tricher. Des histoires de ce qu\'on nomme \"amour\" parce qu\'il n\'y a pas d\'autre mot pour parler de ca. Histoires d\'amour, donc de sexe. Mais pas de cul. De sexe. Nuance. On fait pas dans le racolage loft-storiesque. Parler des relations amoureuses et de ce qui les exprime le plus intimemement : la relation sexuelle, c\'est a dire ce que motive le debut d\'une relation amoureuse et qui en cause la fin.
Mais la on n\'est pas chez Walt Disney. Back to reality Baby. On parle des femmes, et de ce monde de merde qui les oblige a vivre soumise. On parle de ce monde de merde dont la norme fabrique des femmes resignees, qui ne peuvent se battre qu\'avec leurs seules armes, qu\'avec leur seule arme : leur sexe.
On parle de ces femmes qui doivent donner leur corps pour survivre et sauver ce qui peut l\'etre de leur dignite avec un homme (\"Domina\") ; de ces femmes qu\'on prend et puis qu\'on jette (\"Lacher l\'affaire\"), de ces femmes qu\'on viole et qui portent toute leur vie l\'horreur du monde (\"Fils a papa\", \"L\'ange est a ses cotes\").
De cette societe sexiste dans laquelle la femme est un objet possede par l\'homme, la femme-ojet qui ne rentre pas dans les criteres est irremediablement chassee de cet enfer des apparences (\"Sale grosse truie\", \"Des poils sur moi\").
On parle de cette humanite, constituee d\'hommes et de femmes, des monstres dotes de sentiments et de sexes. De violence. D\'amour.
Les nouvelles de ce recueil, sont tres violenytes, tres dures. Sans consession.
C\'est une lecture tres eprouvante car, a chaque fois, Virginie Despentes vous emmene dans la vie de ses personnages, dans leur intimite. Elle cherche a nous eloigner de la ou elle veut aller. Pour mieux pouvoir nous prendre a contre-pied et donc , piege, on prend a chaque fois la chute dans la gueule, nouvelle apres nouvelle.
C\'est tres bien ecrit, vraiment ca me tue a chaque fois, la profondeur avec laquelle elle nous fait plonger dans ses personnages, autant dans leurs tetes que dans leurs corps. J\'apprecie egalement le decalage qu\'il y a entre d\'une part la facon dont elle decrit l\'acte sexuel, et l\'orgasme, et d\'autre part la crudite des dialogues et des attitudes, actions et pensees des personnages.
Ce qui donne, au final, deux impressions distingtes et tres fortes : violent et impressionnant.
Juste dire, pour finir, que la nouvelle que j\'ai le plus aime est \"Domina\", de part la description de la relation amoureuse, simple mais profonde, la description du quotidien des paumes, des largues, de ceux qui, quoi qu\'ils fassent, seront toujours domines, esclaves d\'un systeme degeulasse. Je cite les deux dernieres phrases de cette nouvelle : \"Toute heureuse contre lui, une petite revanche de prise, un peu d\'air de recupere. Au moins une soiree, profiter\".
Mordre au travers, de Virginie Despentes, 1999, collection Librio (environ 1,50 Euros).

CLASSIQUES

BANDES DESSINEES, COMICS US

SCIENCE-FICTION

SUSPENSE, THRILLER, ACTION

XIII, William Vance et Jean Van Hamme
Allez, une serie culte, une. Et francophone en plus (bah oui Van Hamme est belge ;-).
Donc ben puisque c\'est une serie absolument culte, pas vraiment besoin d\'insistre, je laisse le plaisir de la decouverte a celles/ceux qui ne connaitraient pas ))
Parlons un peu du scenario.
Le premier volume commence comme ceci : un homme est retrouve sans connaissance sur la plage par un vieux pecheur, qui le recueille et le ramene chez lui. Il previent une ancienne doctoresse qui l\'examine : son diagnostic est clair, il est en bonne sante, mais il a recu un choc tres fort au cerveau qui l\'a rendu amnesique. Il a garde ses reflexes, comme l\'usage de la parole, mais il n\'a aucun moyen de se souvenir de ce qui lui est arrive. Il ne connait pas meme son identite. Le seul espoir qu\'il a de retrouver un jour son nom, c\'est un tatouage sur la clavicule gauche : le nombre treize grave en chiffres romains.
Mais alors qu\'il habite encore chez le couple de retraites qui l\'a recueilli, ils sont attaques par des tueurs qui veulent la peau du mysterieux homme. Celui-ci se decouvre alors d\'extraordinaires aptitudes au combat, comme un professionel. Il elimine les tueurs, et recupere sur eux une photo de lui en compagnie d\'une jeune blonde, avec l\'adresse du photographe derriere.
C\'est de la que part la quete de sa propre identite.
Il se fait retrouver part les tueurs, mais il est sauve de justesse par les hommes d\'une section speciale de la police qui s\'occupe dans l\'ombre de retrouver l\'assassin du president (assassine de la meme facon que JFK, la reference va bercer toute l\'histoire).
Le Colonel Amos, qui dirige l\'enquete, lui prouve, de facon irrevocable, qu\'il est bien l\'assassin, celui qui a tire. Mais il n\'a ete que l\'executant, et Amos veut le commanditaire. XIII s\'echappe, il est seul contre tous.
Bon la j\'ai un peu plante le decor, en resummant le premier volume, Le jour du soleil noir, paru en 1984.
Au cours des quatorze autres volumes parus a l\'heure actuelle, il va peu a peu denouer les fils de son passe, et dejouer le complot auquel il a ete lie.
Le mot complot n\'est pas mal choisi, car l\'intrigue est en plein dedans, puisqu\'il va etre la cible simultannee du gouvernement et des conjures, lesquels employent une organisation internationale de tueurs a gages.
L\'intrigue se deroule, et brasse une multitude de decors et de milieux : prisons, armee americaine, village de bouseux, revolutionnaires marxistes d\'Amerique Latine, etc., decouvrant une richesse scenaristique hallucinante.
XIII fait partie des BD les plus interressantes que j\'ai lues, tres prenante, a l\'ambiance trouble des secrets d\'Etat.
A noter que The XII mystery : l\'enquete , qui est en fait le treizieme volume de la serie, n\'est pas a proprement parler une bande dessinee. Il s\'agit plutot d\'un dossier, ancre dans le scenario, qui permet de faire le point sur la serie en presentant, avec un nombre incroyable de details, l\'intrgralite des personnages, des plus importants aux simples figurants, et donnant au lecteur les histoires \"paralleles\" a l\'intrigue, liant ainsi les personnages les uns aux autres.
Donc bon, XIII est une serie a decouvrir absolument.
XIII, de Jean Van Hamme (textes et scenario) et William Vance (dessins et illustrations), quatorze volumes parus depuis 1984, dernier paru : Lachez les chiens ! debut 2002.
DecereBrain, le Mardi 27 Aout 2002, 17:35

MANGAS

COMICS US

ESSAIS, POLITIQUE, PHILOSOPHIE

Le Prince, Nicolas Machiavel
Niccolo Machiavelli, ne a Florence (Italie) en 1469 et mort dans la meme ville en 1527, fut un homme politique italien, a la pleine periode que l\'on nomme Renaissance. Il eut des responsabilites, notamment en tant que diplomate, au temps de la Republique de Florence, qui fut renversee en 1512, et c\'est la famille de Medicis qui reprit le pouvoir avec l\'appui des Francais. Machiavel etant un Republicain convaincu, il est evince des arcanes du pouvoir politique et s\'exile plus ou moins volontairement. C\'est donc dans la solitude qu\'il ecrit ses deux principales oeuvres : les Discours sur la premiere decade de Tite-Live (1513-1520) et Le Prince (1513).
Nous sommes a la Renaissance, et il est assez courant que des erudits ecrivent des textes destines au Souverain. Machiavel dedie donc Le Prince a Laurent de Medicis, dans l\'espoir de retrouver une fonction au sein de l\'Etat. Non qu\'il soit avide de pouvoir, mais plutot que Machiavel prefere l\'action au dessus de tout, et qu\'il aime l\'Etat.
Donc, Le Prince est un traite de politique, ou comment prendre le pouvoir et le conserver. C\'est le principe de base. En vingt-six chapitres il explique comment un homme peut fonder un Etat et le conserver entre son pouvoir, ce qui est exactement l\'art de la politique.
Pour cela, Machiavel se base sur des exemples tires des historiens de l\'Antiquite, et sur l\'histoire recente de l\'Europe de son epoque, et monte ainsi un raisonnement scientifique, c\'est a dire qu\'il part de l\'experience pour arriver a des conclusions. Ce qui reduit la politique a un ensembles de questions d\'ordre purement technique : ni la morale ni la religion ne doivent occuper l\'esprit de celui qui a la charge de diriger un Etat. Bien au contraire, Machiavel pense que les hommes etant naturellement mauvais, menteurs et couards, seul un Etat peut leur faire perdre ces defauts. Dans un tel monde, un Prince avise doit savoir se jouer de la morale, de la parole qu\'il donne, etc. De plus, Machiavel voit bien que le gros probleme de l\'Italie, qui est completement disloquee, demembree par les guerres, est que l\'Eglise est basee a Rome, et que le Pape n\'est rien d\'autre qu\'un Prince a la tete d\'un Etat, c\'est a dire que le Pape se sert de la religion de la meme facon qu\'un aute Prince utiliserait les lois pour soumettre ses sujets. La politique est reduite a de simples considerations techniques.
Parlons de l\'Italie. Elle est dechiree. La principale cause en est, selon Machiavel, qu\'elle n\'a pas d\'armee nationale, mais seulement des troupes mercenaires, qui ne tiennnent pas leurs engagements. Il plaide donc pour la creation d\'une telle armee, en en enumerant les avantages.
Un Prince doit savoir utiliser a bon escient la violence. Selon Machiavel, toute guerre inevitable est necessaire. Il faut a tout prix preserver la souverainete de l\'Etat sur les sujets, et donc a tout moment etre muni d\'une armee (nous rejoignons ici l\'Art de la guerre, de Sun Tzu ; a noter que Machiavel a egalement ecrit un texte qui porte ce meme titre, en 1521). Mais cette armee doit etre tenue en bride, car les militaires etant brutaux par nature, ils terrorisent les populations qui vont hair le Prince, ce qui nuit a la securite de l\'Etat. Le Prince doit egalement veiller a contenter les grands de son Etat, car sinon ils vont le mepriser et tenter de le renverser. Un Prince doit donc a tout prix la haine et le mepris, et contenter les petits et les grands ; ce qui est difficile, car Machiavel reconnait que les grands ne veulent qu\'ecraser les petits, ce qui ressemble fort a ce que Marx nommera plus tard la lutte des classes.
De part le fait que Machiavel applique un raisonnemet quasi-scientifique a son texte, il degage des principes generaux, fonde sur le realisme politique. Il est en totale contradiction avec la philosophie classique, qui elaborait des utopies d\'Etats. Selon Machiavel, il ne faut tenir compte que des hommes, de ce qu\'ils sont, et comme ils sont mauvais, il leur faut un chef, qui sache utiliser la violence pour le bien de tous. Il doit utiliser la vertu et saisir les opportunites qui se presentent, dans le but de preserver l\'integrite de l\'Etat. En ce sens, Le Prince est un texte majeur, fondateur de la politique moderne.
Le Prince, Nicholas Machiavel, 1513, collection Librio, environ 1,5 Euros (bah oui 10 boules quoi
DecereBrain, le Vendredi 27 Septembre 2002, 16:55

L\'Art de la Guerre, Sun Tzu
Voila un petit livre sympa, dangereux et subversif (intro etudiee pour eveiller l\'interet du lecteur, dedicace a mon pote Fabsys =)
L\'Art de la Guerre, ou \"Les Treize Articles\", est un traite de strategie militaire ecrit vers 500 avant Jesus-Christ par Sun Tzu, general Chinois.
Il consiste donc en treize articles, treize points qu\'il faut maitriser completement pour, selon l\'auteur, maitriser l\'Art le la Guerre.
La strategie mise en place par Sun Tzu est que, globalement il n\'existe pas une strategie victorieuse a tout coup. Par contre, il est une infinite de circonstances et le role du general est d\'analyser ces circonstances pour prendre l\'avantage.
Donc, le general victorieux a deja la victoire acquise bien avant le combat, car il a su tout mettre en place pour perdre son adversaire, irremediablement.
Le but, pour le general habile, n\'est pas de gagner pas tous les moyens, mais de ne pas perdre. Ainsi le plus important n\'est pas d\'assurer l\'attaque, mais de se contruire une defense imprenable.
\"Se rendre invinscible depend de soi, rendre a coup sur l\'ennemi vulnerable depend de lui-meme\", dans l\'Article IV : De la mesure dans la disposition des moyens.
\"Attaquer imprudemment, c\'est chercher a se faire battre\", dans l\'Article XII : De l\'art d\'attaquer par le feu.
Voici deux citations extraites de L\'Art de la Guerre et qui sont, a mon avis, pleines de sens et de sagesse et qui sont donc a mediter, en vue d\'une integration dans votre propre philosophie du hacking. Enfin, moi, c\'est juste ce que j\'en pense, apres, c\'est vous qui voyez...
L\'Art de la Guerre, Sun Tzu, environ 500 avant JC, traduit du chinois par le Pere Amiot en 1772, editions Mille et une nuit.
DecereBrain, Jeudi 11 Juillet 2002.

INFORMATIQUE

MUSIQUE

La Techno, Guillaume Bara
OK juste apres Disco biscuits j\'ai relu ce bouquin de Guillaume Bara.
C\'est un petit livre assez sympa, plutot bien foutu, qui se compose de deux parties :
_La premiere est un essai chronologique et thematique sur la naissance et l\'essor des musiques electroniques, des experimentations sonores a la Karftwerk (le mouvement Kraut Rock est d\'ailleurs plutot bien decrit) jusqu\'a la \"House nation\" et donc a cette culture des DJs, en passant par la naissance de l\'Acid house et des Free parties. De plus, les differants instruments electroniques sont presentes : samplers, beat-boxes, thereminvox (?). Une premiere partie (6 chapitres et un epilogue) en forme d\'analyse synthetique (environ 55 pages) de l\'histoire des musiques electroniques jusqu\'a 1999, date de parution.
_La seconde partie comporte un lexique (plutot succin et general, mais bon...), une chronologie du XXe siecle des musiques electroniques, une discographies selective (ne comprenant que des albums assez classiques et ayant paru en format CD) classee par genres : \"historiques\", House, Techno, Ambient, Electronica, Down tempo/Trip-hop, Jungle/Drum\'n\'bass, Breakbeat/Big beat et \"Inclassables\", une bibliographie (dans laquelle on retrouve ... William Gibson (!) et l\'anthologie Disco biscuits , une section dediee a la presentation des \"Revues et magazines specialises\", et enfin quelques sites web (que j\'ajouterai dans mes liens)
Donc voila, un bon bouquin, 10FF dans la collection Librio, donc pas cher et vraiment interessant ( ben ouais compare avec Le Monde a 7.50FF et t\'as tout compris).
_________________________
Take the best orgasm you ever had. Multiply it by a thousand.
profil | mail | edit | quote
jackniels
Inscrit le 13-08-2002
Avatar
Posté le 15-06-2003 02:09

J\'ajoute à la liste l\'auteur Maurice G. Dantec. Incontournable.
profil | edit | quote
Drag-Queen
Inscrit le 27-03-2003
Posté le 15-06-2003 02:17

Ma liste ni exhaustive ni tenue à jour. Y\'a d\'autres textes que j\'ai pas encore retrouvés.

Pour Dantec, auteur francais, je termine le \"truc\" de Luc Ferry et je commence à lire \"Babylon Babies\" des que possible.

DecereBrain
_________________________
Take the best orgasm you ever had. Multiply it by a thousand.
profil | mail | edit | quote
jackniels
Inscrit le 13-08-2002
Avatar
Posté le 15-06-2003 02:33

Babylon Babies -> très bon bouquin.
Sinon une nouvelle de Dantec pour ceux qui veulent découvrir sans se ruiner.
-> http://www.les-ours.com/novel/dantec/ange1.htm

Je l\'ai préféré au neuromancien de Gibson, enfin ce n\'est que mon avis
profil | edit | quote
Fierto
Inscrit le 01-07-2003
Posté le 15-06-2003 04:00

Je me permet de vous recommander d\'excellant bouquin de science fiction : Philip K.Dick, toutes ses oeuvres.
Ce sont des romans de science fiction extremement complexe, mais egalement extremement interessant. Je n\'ai pas de titre en tete à vous conseiller.
Matrix est partiellement inspiré de plusieurs de ses oeuvres. (qui sont beaucoup plus riche que le plat scenario de matrix | je te critique pas matrix, j\'adore ce film)
profil | Website | edit | quote
Harl0ck
Inscrit le 20-12-2002
Posté le 17-06-2003 17:19

Des bons livres de Philip K.Dick : Blade Runner que l\'on ne présente plus et Ubik qui est selon certains son meilleur roman ... C\'est vrai , quand on y repense , qu\'il a vraiment eu de bonnes idées (sauvegarde de l\'ame etc... )
profil | Website | edit | quote
STAROSS
Inscrit le 24-08-2001
Posté le 20-06-2003 23:20

Whoo, mon login est encore valable; ca fait des années que je suis plus venu ici..
Bon bref, heu Dick c\'est clair que c\'est un auteur important. Il represente bien l\'ambiance des années 50-70 dans la baie de San Francisco. Crumb, Freak Brothers, Timothy Leary (experimentation sur le LSD).
Il a fait beaucoup de bons romans, Ubik, Le Maitre du Haut-Chateau, la Trilogie Divine, .. Faut dire qu\'il en a écrit des tonnes (vive le speed).

Ton article à l\'air interressant, Drag-Queen, je repasserais, un de ces jours pour le lire complet. La je suis trop crevé.
profil | edit | quote
japi
Inscrit le 24-08-2001
Avatar
Posté le 21-06-2003 01:59

Tiens,un revenant!
_________________________
Modérateur
profil | ICQ | edit | quote
Drag-Queen
Inscrit le 27-03-2003
Posté le 21-06-2003 22:05

Oui Leary a ecrit un truc culte : \"Chaos et Cyberculture\". Pas lu mais ca a l\'air sympa.

Etonnant que personne n\'ai pense a Hakim Bay

DecereBrain
_________________________
Take the best orgasm you ever had. Multiply it by a thousand.
profil | mail | edit | quote
h4l9000
Inscrit le 09-03-2003
Avatar
Posté le 21-06-2003 22:54

En parlant de Timothy Leary, ecoutez donc \"how to operate your brain\" ! http://www.madchat.org/music/Timothy%20Leary%20-%20How%20To%20Operate%20Your%20Brain.mp3
_________________________

profil | mail | Website | MSN | edit | quote
Harl0ck
Inscrit le 20-12-2002
Posté le 24-06-2003 11:15

A la liste des auteurs SF et Fantasy (d\'accord , certains n\'ont rien à faire dans cette section ...) , j\'ajouterai :

-Amélie Nothomb qui sait écrire des romans simples , rapides et passionnants à lire (Péplum , Cosmétique de l\'ennemi) . -Norman Spinrad que j\'apprécie même si je n\'ai jamais eu le courage de lire un de ses livres ^^ (essayez le début de Deus Ex , vous comprendrez ...) ,
-Anne Rice qui a modernisé le mythe vampirique (elle me fait penser à la Comtesse De Ségur qui expiait sa perversion dans ses livres ...) .
-Houellebecq qui sait si bien faire jaser les imbéciles ...
-Lovecraft le maître incontesté de l\'horreur ...
-J.K Rowling ... non je déconne ... ,
-Dan Simmons (Hypérion)
-Stephen Lawhead (le cycle de Pendragon)
-Isaac Asimov (Fondation , les Robots ...)
-Terry Pratchett qui tourne la Fantasy en dérision ...
-Hervé Bazin (bon d\'accord , rien à faire dans cette section mais j\'avais envie de le citer)

Il y en a malheureusement vraiment trop à lire et à découvrir ... Sur ce , bonne lecture .
...
profil | Website | edit | quote
Drag-Queen
Inscrit le 27-03-2003
Posté le 24-06-2003 11:56

Le gentil \"modérateur\" de cette section n\'aime *vraiment* pas la fantasy, et encore pire en ce qui concerne Houellebec, imbecile sexiste frustre de droite (pleonasme).

Lovecraft, perso j\'ai une preference pour Poe (traduit par Baudelaire).

Norman Spinrad : voir interview dans le HS \"les dossiers du manga\" #2 spécial CyberPunk (juin 2003).

Asimov, forcement.


Penser a Neal Stephenson aussi

DecereBrain
_________________________
Take the best orgasm you ever had. Multiply it by a thousand.
profil | mail | edit | quote
Harl0ck
Inscrit le 20-12-2002
Posté le 24-06-2003 14:18

Chacun ses goûts paraît-il ...
Je trouve le personnage de Houellebecq complètement antipathique mais ce qui m\'amuse chez lui , c\'est la provocation gratuite
Dans le role de l\'anar provocateur nihiliste , je le trouve plutot bon ... Je ne partage pas ses opinions bien entendu ^^ . Je finis presque par le comprendre en fait , c\'est vraiment parfois jouissif de se faire haïr de tout le monde

Hum , je me suis un peu écarté du sujet initial ... désolé ...
profil | Website | edit | quote
testxyz07
Inscrit le 04-10-2002
Posté le 25-06-2003 12:40

Harlock>\"La comtesse de Ségur expiait ses perversions dans ses livres\"
Tu peux développer?Il me semblait(d\'après de lointains souvenirs) que c\'était un genre cucu-la-praline les-riches-donnent-aux-pauvres-qui-évidemment-leur-rendent-le-dévouement-le-plus-absolu-sous-l\'oeil-bienveillant-de-Dieu-le Sein-Père
profil | edit | quote
jackniels
Inscrit le 13-08-2002
Avatar
Posté le 25-06-2003 20:28

Le Marquis de Sade, c\'est très underground
-> http://membres.lycos.fr/sademarquis/
çà rox Sade quand même...
profil | edit | quote
testxyz07
Inscrit le 04-10-2002
Posté le 01-07-2003 02:33

RAAAAHHHH,ça fait du bien de retrouver cette rubrique-là..

En tant qu\'utilisateur TRES reconnaissant (mais on l\'est toujours,n\'est-ce pas? ),qques ptits textes sur le merveilleux monde des admins et autres ops:
http://bofh.ntk.net/Bastard.html
(C\'est en anglais;un admin avait écrit ça pour s\'amuser,puis à la demande , dans les années 80)
xpldr(ok,c\'est du troll,c\'est pas dans la bonne section...mais franchement,ça m\'a plié en 2;ce gars ,c\'est un peu le Sade du monde de l\'administration des ordis.

profil | edit | quote
Drag-Queen
Inscrit le 27-03-2003
Posté le 11-07-2003 00:00

Oui Sade c\'est clair que c\'est grand.
D\'ailleurs à ce sujet, qqun aurait lu la \"Comtesse Gamiani\", de Alfred de Musset ? C\'est sympa aussi.

DecereBrain
_________________________
Take the best orgasm you ever had. Multiply it by a thousand.
profil | mail | edit | quote
jethroian
Inscrit le 18-07-2003
Posté le 23-07-2003 07:46

moi les gars c\'est FRANK HERBERT surtout le sublime DESTINATION VIDE,(nef,raja-lon-flatterie) un grand moment SF,superieur à la serie de DUNE;bon ce n\'est qu\'un avis
profil | Website | edit | quote
Drag-Queen
Inscrit le 27-03-2003
Posté le 02-08-2003 02:01

Sauf que Dune j\'ai du mal a considerer ca en S-F ...

Desole, j\'aime pas la Fantasy...

DecereBrain, qui trolle sur Dune, c\'est pas bien
_________________________
Take the best orgasm you ever had. Multiply it by a thousand.
profil | mail | edit | quote
Magistrat
Inscrit le 11-02-2002
Posté le 09-08-2003 17:54

Quote:

Le 14-06-2003 19:33, jackniels a écrit :
___________________________________________________

Sinon une nouvelle de Dantec pour ceux qui veulent découvrir sans se ruiner.
-> http://www.les-ours.com/novel/dantec/ange1.htm




as tu lu \"le théatres des opérations\" du même auteur.
c\'est un pur érudit ce mec..
profil | edit | quote
Newtopic | Reply 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante

Online : eemobeyehexoj et 65 Guests


Retour Index NewFFR Repository : http://taz.newffr.com
Cagades à Stick : http://alcane.newffr.com
Forum HTML et Archive -> ici
ForumFR Sql/Xml (2006/04) (SF pas à jour du tout...) - Alive since 2001 Newffr.com
Pour toute plainte ou problème -> Contacter Borax, Hyatus, Tweakie ou Stick par message privé (ou Gueulez sur le forum :) )
Retour haut de page